05 avril 2019

Rions tant qu'on est vieux

Il y a des marchands de soupe, mais je n'en ai jamais rencontré. Il y a de même des marchands de sagesse, et ceux-là se font entendre. Ils nous disent: "vis dans le présent!" Seulement voilà, pour les gens de mon âge, le présent c'est le passé! Le vieillard a en somme une jambe dans le présent, une jambe dans le passé... et la troisième dans la tombe. Comment cela trois jambes, ça vous étonne? Vous ne connaissez pas l'énigme de la Sphynge?  La tombe, c'est l'avenir du vieux. C'est également celui du jeune. Le... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 avril 2019

le philosophe et ses deux épouses

L'homme patient et libre supporte toute chose, c'est un stoïcien, sa liberté c'est d'être plus fort que les obstacles qu'il rencontre sur la route extérieure, tandis qu'il travaille à se parfaire intérieurement. Route intérieure, ou chemin escarpé, qui mène quelque part: la patience... Bref, le philosophe a deux épouses: d'abord la liberté, sa liberté intérieure et patiente, et puis sa femme! La Liberté (l'Egalité, la Fraternité, etc. etc.) Par conséquent l'homme libre et patient, libre mais patient, en tout cas patient, le... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
27 mars 2019

Napoléon, Lacan, le désir et les schémas

  Selon Lacan, Napoléon n'était pas fou, car il ne se prenait pas pour Napoléon. Napoléon a dit, paraît-il, qu'un bon croquis vaut mieux qu'un long discours: Lacan, l'homme des schémas pervers, qui ne montrent rien, ou plutôt Le Rien, bref l'anti-Napoléon. Le réel n'est pas à conquérir, c'est l'impossible, donc la seule chose à conquérir! Mais où a fini Napo? Et Lacan après tout? On dit aussi que Napo aimait tant le secret qu'on ne comprenait rien à ce qu'il disait, Tolstoi en a fait une farce militaire et philosophique... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 08:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
04 janvier 2019

Hamlet 2019

Angoisses d'un jeune prince danois: D'où viens-je? Du passé, de mes ancêtres et de leur désir? Mais je leur ressemble si peu! Du présent? Nul ne me comprend. De l'avenir, comme dans les mauvais films de science-fiction? Mais l'avenir, c'est la mort, et je vis encore, hélas! Etre ou ne pas être: comment puis-je prétendre être, moi.qui ne me trouve ni cause ni raison? Moi qu'on n'aime guère...J'ai trouvé: je suis fils de l'angoisse, de la terreur, du cauchemar. Dormir, cauchemarder peut- être.
Posté par Dilberman à 20:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
29 décembre 2018

Gilets jaunes et philosophie politique (II)

De l'émergence du peuple et de l'individualisme L'hostilité à l'entendement critique, que l'on trouve par exemple chez Auguste Comte, mais aussi chez Grundtvig, est en somme un topos, un lieu commun, de la pensée réactionnaire, anti-Lumières. L'entendement critique ne serait qu'égoïsme déguisé, celui qui permettait au philosophe caricaturé par Rousseau de se rendormir tranquille tandis qu'on égorgeait quelqu'un dans la rue. A cela s'oppose l'esprit de corps, la dimension organique, vitale, de la société, du corps social. La... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 décembre 2018

Assurancetourix

Le peuple trouva la langue comme le poète le mot Et lui donna un sens nouveau Nul ne songeait alors à suivre le chemin  Dont plus tard parlèrent les livres Ce n'était pas, en effet, un temps comme ceux d'aujourd'hui La nature plus féconde n'avait pas eu le temps de vieillir Et les poètes ignorants des cheveux gris Ne savaient chanter que la guerre et puis l'amour L'homme, la femme et puis l'enfant Les cieux, les terres et la plaine salée du vaste océan Tout était à sa façon peuplé Et d'abord de mots et puis... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 novembre 2018

Le procès de Kafka

Kafka est sans doute celui qui a le mieux compris la nature véritable de la justice, à savoir qu'elle ne peut être qu'une injustice. Une injustice pour le faible, mais pour qui devrait-il y avoir justice, et donc pour qui y a-t-il injustice, sinon pour le faible? Cruelle machinerie judiciaire, qui semble parler la langue commune, éprouver sentiments communs et formuler idées communes. L'on prépare joyeux, énergique, sa défense, et elle tombe toujours à côté, car la justice est ainsi faite qu'à chaque fois que nous croyons avoir... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
13 novembre 2018

divagations sur l'économie libérale et l'environnement

On présente le libéralisme comme le régime économique le plus efficace. Il sait à merveille amener chacun, consommateur ou producteur, à se mettre au service de l'enrichissement - moins le sien sans doute que celui de quelques uns. On n'a pas manqué de remarquer qu'il était très efficace, en tout cas, pour détruire la nature. Mais à vrai dire, il est tout aussi efficace pour la préserver, du moment que cela rend possible l'enrichissement à court terme de quelques uns. Quant au long terme, ou à l'intérêt général, ils ne rentrent pas,... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
10 novembre 2018

mélancolie de l'assassin

Il pleut dans le parc d'autrefois, mes pas s'impriment dans la boue. Qu'est-ce que cela prouve, Madame le Juge, qu'est-ce que cela prouve, ô tous les avocats! Automne, courroucé je crois contre la ville entière, s'acharne, redouble et efface toute trace, il n'en restera guère, il n'en restera rien, et ce sera l'hiver. Par tous les aïeux, par tous mes aveux! Je suis bien songeur, ces arbres et ces maisons me sont familiers, il me semble qu'ils ont les traits des amours d'autrefois, des amours... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 14:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 novembre 2018

De la grâce, du jeu, du pouvoir et de la vieillesse

Le gratuit et la grâce: ces deux mots sont bien sûr apparentés. Avoir de l'esprit: c'est-à-dire que nous n'essayons justement pas d'avoir, nous ne nous écoutons pas parler et nous ne visons rien, nous ne cherchons pas à séduire, nous jouons avec les mots et les idées, nous nous délassons devant un public, comme s'il n'était pas là, et il arrive, miracle de l'humour, que l'être le plus méfiant et le plus renfermé s'amuse de nos mots et nous réponde sur le même ton. Il a alors - cet être - un ton étrangement précieux et... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,