09 avril 2019

comment naît un poème?

Comment naît un poème? On imagine le pseudo-poète, plein de morgue et de nombrilisme, qui jette sur le papier un peu de sa divine semence, des mots sans rime ni raison. Mais voici le secret véritable: une impression particulière vous emplit à la fois de bonheur, et du désir de saisir ce bonheur; ou bien cette détresse, au fond peu importe. Cette impression vous voulez la saisir, alors vous dites un mot, par exemple que le temps est une eau, claire comme la nuit, car vous sentez vos souvenirs si proches, et si loin! Ce mot est... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 avril 2019

Sur le roman "disparues"

Dans les années 90, j'avais eu l'idée d'un roman, ou bien était-ce ce en l'écrivant que ce roman m'avait révélé sa propre idée? Un auteur flottait on ne sait en quel empyrée, tel l'intellect agent, et ses malheureuses créatures, qui lui ressemblaient comme des fils, s'escrimaient sur terre, en général à Paris, parfois en province. Les femmes leur glissaient comme des gouttes de mercure entre les doigts. De temps en temps, une image vénérable, ou ridicule, toujours cynique, de leur auteur, venait se mêler à leurs... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 mai 2018

la rose née du fumier

Qu'est-ce que la poésie, et qu'est-ce que le poète? Ce n'est pas l'homme de la forme, de la beauté, on l'a souvent dit. C'est l'homme du magma, de la confusion la plus profonde, de la brutalité immonde. Les autres ont un inconscient, un ça, mais lui est le ça, à fleur de peau. Les autres agissent, mais lui trouve tant de choses en lui, bonnes ou mauvaises, qu'il ne sait par quoi commencer. Il aurait pu être un artiste du crime, mais voilà, il double son existence chaotique, digne du cirque, quand il ne se retire pas au... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 mai 2018

Ces gadgets d'autrefois, qui s'animaient brièvement tout en gardant leur nature de chose. On en voit quelques uns dans Der amerikanische Freund de Wim Wenders, et on se demande ce qu'ils font là. Je me souviens de la locomotive, en apparence simple image, qui tout à coup se met à fulminer de toutes ses bielles ! Et elle hurlait! On voit aussi une toupie, comme pour souligner le caractère circulaire de ces jeux animés. Il en va ainsi du poème, il a la fixité d'un cliché, mais un cliché animé, comme vivant de la vie de l'âme et de... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 12:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 mars 2018

rêves et langues

  Rêve numéro 1: Je suis à Bâle, en Suisse, dans l'appartement familial. Tout à coup, mon frère s'indigne: " oh, me dit-il en français, on t'a tiré dessus, regarde tu saignes! " Et en effet, je suis touché à l'épaule gauche, je saigne abondamment. Je ne comprends que c'est lui qui a tiré qu'au réveil. D'où le rêve suivant. Rêve numéro 2: je me réveille du rêve précédent. Je suis dans un lit d'hôpital, en France. Les médecins parlent avec moi des rêves précédents, car il y en a eu d'autres, dont je ne me... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 12:17 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
03 janvier 2018

Amours volés

La femme qui dit ne pas vous aimer alors qu'on ne lui a rien demandé et qu'elle vous fuit depuis des années. Elle vous attriste. Loin de vous elle rêve qu'elle se love contre votre corps. Peut-être. Comment expliquer un tel gâchis de tendresse? L'orgueil ? Le manque d'habitude ? La peur de perdre son ami ou son mari, de changer de vie? Elle voudrait que rien ne soit arrivé. Mais rien n'est arrivé malgré ses efforts vains de télépathie. Comme s'il n'y avait pas le téléphone !
Posté par Dilberman à 15:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

25 août 2017

Jamais tu n'écoutes ce que j'ai à dire, Arcimboldo

Jamais, Giuseppe, tu n'écoutais ce que les gens disent, mais seulement la musique secrète de leurs mots, cette mystérieuse et impuissante magie, cet amour que le mot fait au mot, et à la pensée. C'est peut-être que les gens, comme les fruits, n'ont rien à dire que leur odeur, leur saveur, et comme les fruits aussi, rêvent et parlent interminablement. Arcimboldo
Posté par Dilberman à 10:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
13 juin 2017

Brèves de comptoir au prisme de la logique

  Voici des réflexions qui m'ont été inspirées par ma fréquentation assidue des bistrots. Le peuple, ou l'imaginaire débridé et déconnant du populo alcoolo est-il bête, prisonnier de clichés déchaînés et dans sa rhétorique sauvage, digne d'un Heidegger, familier de la subreption logique? On pourrait le croire, et pourtant il arrive que la brève de comptoir manie les formes les plus élaborées de la rhétorique, et même du raisonnement logique ou mathématique ; sans le savoir, mais c'est le plus beau ! Exemples   Le... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
28 avril 2017

La sorcière bande encore

Ainsi, la sorcière, la Thénardier, prend de temps en temps la peine de me téléphoner pour déverser sa haine, et croit me toucher, et croit, je suppose, jouir de cela, et, je suppose, n'y arrive pas. Et certes, ce n'est pas sa faute, elle fait bien des efforts, elle pousse d'incohérentes et folles clameurs, tout cela pour me nier et pour nier mon travail d'écriture. Il est vrai qu'en effet il la concerne au plus haut point. De quoi a-t-elle peur? La même chose, je crois, est arrivée à bien d'autres auteurs, plus... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 février 2017

Saturnisme

 On dit bien: "ça te mettra un peu de plomb dans la cervelle"...  Enfances passées à respirer l'éther, l'essence et les gaz d'échappement! Fallait-il qu'on s'ennuie pour parler poliment! Merci papa merci maman. Il en a éclusé par le nez, le petit frère, des flacons d'éther... Et moi, je prenais bien soin, en rentrant du collège, de respirer à pleins poumons quand je passais devant l'entrée du grand garage de la rue Lepic. Mais je me souviens surtout des plombs de l'armoire électrique que je mâchonnais parce qu'ils... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,