29 avril 2019

Le rêve de Carlos Ghosn. Poésie

Les papiers du Paradis Le Paradis est-il pavé d'or? De ce métal infâme, et fratricide? Qu'en pensent les milliardaires, du moins ceux qui se nomment Caïn ? Ou bien Carlos? Voici en tout cas - à Bâle ou à Tokyo - le rêve, ou le cauchemar, de l'un d'eux : Ce rêve qui m'est coutumier n'est pourtant pas tout à fait le mien; c'est bien plutôt celui d'une recluse cachée dedans la maison: il a en effet son regard et sa voix enchantés, ceux de mon amour. C'est dire que cette belle recluse habite ce... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 10:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 avril 2019

De l'autre côté du miroir et de tout ce qu'on peut dire du néant

Je rappelle la définition lacanienne de l'Etre, comme ce qui fait mal, l'adversité, mais aussi comme l'impossible (au sens kantien de la chose en soi, avec une once de plotinisme, je veux dire de néo-platonisme). Saisir les choses, et les gens, au-delà (et en deçà) de la perception; tenter de trouver la vérité qui leur est propre, telle qu'elle ne se présente pas à nous dans le monde civilisé (et naturel) de la phénoménologie d'un Merleau-Ponty. "Cézanne!", dit Merleau-Ponty, au risque de se contredire (disons que nous sommes... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
26 avril 2019

De la morale et du relativisme moral

En morale, l'attitude du philosophe contraste avec celle de M. "tout le monde". M. "tout le monde" se cherche des excuses, et il se hâte d'en trouver une dans le relativisme: c'est peut-être mal à vos yeux, mais pas aux yeux des brigands des films, qui ont, n'est-ce pas, leur propre morale, ou leur sale morale! Le code de l'honneur, nouvelle chevalerie. A moins que les chevaliers d'autrefois n'aient été que des brigands?  De quel droit se croit-on supérieur à eux? Voici qui est commode, et démocratique... et romantique aussi.... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
26 avril 2019

Philosophie ou philosopher?

Penser par soi-même. Je ne peux pas ajouter 2 que tu penses à 2 que je pense... Simone Weil ne connaissait pas Babbage... Pourtant le scientifique pense collectivement, organiquement, sur le mode par exemple d'une division des tâches. Lalande en son temps protestait déjà contre la vision individualiste et anarchisante de l'activité philosophique. Il ne s'agit pas d'un art, ni d'alpinisme, mais de vérité, de raison. Certes il fallait d'abord se libérer de l'autorité, mais ce temps des barricades est révolu et la pensée est libre. Le... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 avril 2019

Ici le Pont, ici l'exil: Ovide !

  Assis à une table de bois blanc, de bois cru, il composait un livre. Il le laissera nu, point d'enluminures: c'est le livre triste de l'exil. Il ira sur ses pieds jusqu'à la ville, la ville amie, la ville d'oubli. Et lui, et lui, il est plein de souvenirs. OVIDE! Ce livre sera ma mémoire, dit-il. Et il veut dire:  Vous souvenez-vous de moi, ô mon épouse? Et toi, mon empereur? Te souviens-tu? Et il pleure, comme pleure sa mémoire. Son livre est plein de larmes. De quoi a-t-il eu si peur? ... [Lire la suite]
24 avril 2019

d'une langue familière

Parlons pour une fois de l'expérience, car je ne suis pas seulement sujet transcendantal, pas seulement pensée combinatoire à la recherche de possibilités très mal inscrites dans nos vies. En un mot, je ne suis pas toujours de l'autre côté de la limite mathématique. Mais qu'y puis-je si je vis en Gaule ultérieure? Et certes les Alsaciens l'appellent au contraire la France vum innara, de l'intérieur! J'ai expliqué mille fois que j'avais trouvé refuge dans les mots sans significations pour échapper aux ogres familiers, qui... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 avril 2019

Printemps

  Printemps, il pleut, comme tu PLEUS bien printemps, ah tu sais si bien pleuvoir! Et je ne le sais point, et je ne sais guère comment cela s'écrit, cela sans doute ne se dit point et cela ne s'écrit point. Cela se pense, frêle pensée, par toutes les voix mouillées, par tous les bois mouillés! Par le vert de l'herbe, de la feuille et de l'eau. Forêts! Herbes amères! Comme vous pleurez bien! Oh le vert de mes veines et de mon âme même. Cela du moins je sais l'écrire! Par tous les accents circonflexes... Par la trace des... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 07:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
19 avril 2019

sonde chinoise sur la Lune - poème

    écrits de la face obscure de la Lune - nuits de Chine, nuits câlines.                嫦娥                                                 Phrases qui venez de si loin, et charriez, rivières ciselées, de très vieux cailloux, un peu de sable et quelques mots païens. Ah, goût mortuaire de la rouge grenade, ah, parfum d'encens et de... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 avril 2019

le souci des mots et de leur justice - nouvelle version plus explicite

Tugendhat: deux conceptions de la vérité, la vérité comme simple jeu verbal ou logique, avec certes des prolongements vers l'expérience, l'expérimentation, en tant que justement jeu logique, à base d'induction, de déduction et d'abduction. La vérité comme exigence métaphysique, rapport à l'être vrai, qui se prolonge dans une attitude éthique et politique. Leibniz a su concevoir une synthèse de ces deux traditions, explique Ernst Tugendhat.  Humboldt, de son côté, avant Heidegger, voyait dans le langage, et les mots, non de... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:56 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
14 avril 2019

De l'erreur

Il arrive que l'on parle tout en se situant dans un espace donné, par exemple s'il faut indiquer sa direction à un passant. De même si l'on raconte une partie d'échecs. Cependant, l'inverse existe tout aussi bien, à savoir que faute de nous situer dans cet espace de référence, nous nous laissons prendre au piège des mots, soit celui des signifiés, soit celui des signifiants... Et les deux dans le cas de la poésie, sorte de repliement en ruban de Moebius de la feuille de papier du langage sur elle-même. Ainsi que... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 18:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,