22 janvier 2019

Proust, Lacan, Ravaisson, la Rochefoucauld

  L'amour n'est pas l'amitié, même s'il se doit d'intégrer de l'amitié. Il est en soi passion, à la fois celle de posséder, de s'assimiler l'autre, de régner dit La Rochefoucauld. Ou bien au contraire celle de se perdre en lui, en l'amour, en l'aimé, vertige, et en même temps vertige qui a un point d'appui, mais pour mieux se perdre: l'autre, ou son mystère. C'est ici la mystique de l'amour. Ravaisson. Ou bien il est les deux - et les trois - à la fois, ou successivement. Il tend non à la confiance mais à la fusion. Et... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:43 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

22 janvier 2019

amour

Mon amour, voici que ce n'était déjà plus l'amour, ce n'était plus sa douleur, ce n'était plus sa douceur. Ce n'était plus ta joie fragile car tu étais fragile, mon amour, frêle, et douloureuse, A mon image, à ton image, ô l'amour. Ce n'était plus toi, ce n'était pas toi, C'était une jeune fille, ou bien un jeune chat, ou un chien, un moineau, Une ombre sur le chemin, un arbre, une étoile, que je prenais pour toi, l'amour. Mais ce n'était pas toi. Tu étais chétive, mon amour, sur tes talons trop... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
22 janvier 2019

du réalisme naïf

L'on peut être étonné de lire chez des auteurs compliqués, des phénoménologues éminents, que nous percevons les choses en elles-mêmes, c'est à dire telles qu'elles sont. Cela correspond en effet à l'expérience commune. Si je suis myope, la chose m'apparaît floue, je la rapproche et il me semble alors qu'il ne manque plus rien à ma perception, que la chose m'apparaît dans sa complétude. Les Stoïciens parlaient alors de représentation compréhensive, comparée à un poing enserrant fermement la chose, ou encore à un sceau parfaitement... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 janvier 2019

l'âge de fer

 Avertissement: la plus grande part du mal est commise par des gens qui n'ont jamais choisi entre le mal et le bien. Ils ont cru que c'était une question trop futile pour eux, hommes sérieux, de chiffres, et qui comptent les sous et les cadavres comme d'autres comptent les étoiles! Avocat du malheur, croyais-tu donc que je ferais ma vérité de ton poison, de ton mensonge? Me connaissais-tu si mal? Et comment aurais-tu pu me connaître? Toi, l'ignorant de toute chose? Tu étais bien fier de toi, Moujik insolent, fier de... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 11:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 janvier 2019

De l'angoisse

Quelque chose que je n'ai pas su oublier, et dont je ne me souviens pourtant pas. Cela m'apparaît tel ses hallucinations à Macbeth, cela m'apparaît comme une réalité extérieure, et je ne reconnais jamais ce dont il s'agit. En tout cas je n'en tire aucun enseignement, et je ne mûris point. C'est comme si cela venait de m'arriver et que j'étais encore celui que j'étais auparavant. Mais l'angoisse m'avertit, en somme, que plus rien n'aura plus jamais le goût de l'innocence. Si du moins l'innocence avait un goût.
Posté par Dilberman à 18:26 - Commentaires [1] - Permalien [#]
17 janvier 2019

La crise de l'école - version actuelle

Y a-t-il une crise de l'Ecole, Ou bien s'agit-il, comme le croient certains sociologues,  d'un simple serpent de mer médiatique? Car qu'il y ait des difficultés localisées ne signifie pas pour autant une crise. Les métiers sans problèmes sont ceux qu'on ne fait pas. Et certes, le thème est loin d'être nouveau puisque (sans remonter à Platon!) Péguy, dès 1903 affirmait qu'il n'y avait pas de crise de l'éducation, mais une crise de vie, de civilisation. (...) Ia crise de l’enseignement n’est pas une crise de... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 janvier 2019

Rions avec les Gilets jaunes

On connait la blague du tapeur (Schnorrer) surpris par son bienfaiteur en train de déguster au restaurant le plus cher de la capitale du saumon à la crème. "Eh bien quoi? Quand je n'ai pas d'argent, je ne peux pas, quand tu m'en donnes, je ne dois pas... Alors quoi, quand est-ce que  j'en mange, moi, du saumon à la crème?" Bref, on peut universaliser la maxime: "Tu ne mangeras pas de saumon à la crème!" Les gilets jaunes, c'est au fond le même principe. Leur maxime est universalisable, dirait notre ami Kant! Si tu es gilet... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 janvier 2019

Genèse du dogme - Gilets jaunes

  Je vois que Cyrulnik explique les Gilets jaunes à l'aide des mêmes notions que j'utilisais ici naguère (en juin 2018). Au risque du psychologisme, mais cela complète utilement la sociologie de la démocratie et de sa perversion totalitaire, je veux dire le couple Arendt/Tocqueville. Selon lui, l'homme instable, peu structuré, à la personnalité ouverte à tous les vents, sera le premier atteint par la contagion de la violence, la haine à l'égard des boucs émissaires traditionnels, les juifs, les homosexuels, les... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
07 janvier 2019

hiver

  Ô totems de pierre grandes cheminées qui ornez les toits d'Angers! Quel goût a-t-il le morceau de pain oublié, et l'eau qui stagne qui stagne le long des rues, des routes, des chemins? Prête-t-on jamais aux choses leur voix? La ville s'emmitoufle hivernale en ses fumées et ses brumes toute chose s'estompe toute voix s'amortit comme en une autre nuit, nuit couleur du givre blanc. Ô, fumées, volutes, qui depuis Verlaine formez des cinq et vous interrogez, vous êtes si semblables à ma pensée de bois trop... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 janvier 2019

Du travail et de la logique

Il y a travail et travail. Il n'est pas évident, pour une personne vigoureuse, de mettre ses forces et sa santé au service du travail de la pensée, ou encore de l'écriture. Certains énergumènes de la philosophie l'ont théorisé, en opposant comme Nietzsche les culs de plomb et les hardis marcheurs, qui déblatèrent intérieurement ou à haute voix plutôt qu'ils ne se confessent sur la page blanche... En apparence du moins, et peut-être dans les faits, le travail qui porte sur les choses, ou du moins sur les gens, est plus efficace que... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,