29 décembre 2018

Gilets jaunes et philosophie politique (II)

De l'émergence du peuple et de l'individualisme L'hostilité à l'entendement critique, que l'on trouve par exemple chez Auguste Comte, mais aussi chez Grundtvig, est en somme un topos, un lieu commun, de la pensée réactionnaire, anti-Lumières. L'entendement critique ne serait qu'égoïsme déguisé, celui qui permettait au philosophe caricaturé par Rousseau de se rendormir tranquille tandis qu'on égorgeait quelqu'un dans la rue. A cela s'oppose l'esprit de corps, la dimension organique, vitale, de la société, du corps social. La... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 décembre 2018

Gilets jaunes et philosophie politique (I)

Que d'efforts, depuis le 19 ème siècle, et depuis Rousseau, la transmutation du Moi en Nous, pour dépasser l'entendement individuel, supposé mesquin, égoïste, fermé, le fondre dans un élan plus vaste, la Vie, l'Esprit, l'Histoire, la Société, l'Humanité, la Race... ou la Raison. Cela peut prendre une forme en apparence critique, comme chez Kant, et l'on n'a pas assez noté que sa critique de la Raison, et de ses illusions, était tout autant une critique de l'Entendement.  Ces efforts ont échoué, et surtout l'on... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
29 décembre 2018

Brutalité, O foules oubliées

Brutalité. Oh foules oubliées, comme vous aviez bon coeur au temps du muguet!  Brutalité. On t'appelait alors Humanité, et l'on mettait une majuscule au H de  toutes tes histoires! H comme la harpe, H comme harpie! Mais quand l'heure de l'automne sonne enfin, ton amour semble bien las et tu te mets à frapper l'antique et obscure mesure. Malgré mille épuisantes leçons, tu ne sus oublier l'algèbre la plus fausse, sa morne frénésie, de funeste aloi, ah triste poésie, ni le goût du sang,... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
24 décembre 2018

réflexions sur la démocratie Nouvelle publication

  Je republie dans le contexte actuel ce texte d'avril 2017. On verra que je ne suis pas tout à fait un prophète!   La démocratie, c'est bien sûr la liberté, et par conséquent l'aventure. La dictature est sans surprise, sauf que le dictateur est généralement un fin politique, et par conséquent un fou paranoïaque, ou du moins un corrompu aussi absolu que son pouvoir, ce qui réserve aussi quelques surprises! La démocratie est aventure, c'est la vraie révolution permanente, quoi qu'en disent les marxistes qui croient... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 13:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
17 décembre 2018

Tintin en Indonésie

Vol 747 pour Sidney. Le seul Tintin peut-être où l'on parle (un peu) indonésien. Enfant, j'étais fasciné par le télépathe, plus encore que par les extra-terrestres. La télépathie est présentée, non comme un miracle un peu trouble, lié à l'amour, mais comme un acte purement technique, analogue à la radio. Les cosmonautes extra-terrestres ont d'ailleurs aussi des micros, ce qui semble contradictoire. On veut communiquer par télépathie avec les êtres lointains, ou Dieu, or on constate que cela ne marche pas pour les proches!... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 19:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
17 décembre 2018

jeunesse et vieillesse

Trouble de la jeune âme, de la belle âme, qui ne sait ce qu'elle veut, ni ne sait si elle veut, et se croit appelée pourtant à quelque grand destin! Elle ne sait si elle a dans le monde si vaste une place, et se cherche dedans les livres un profond terrier Mais son coeur veut aimer, mais son coeur veut régner, sur de vastes foules, et être admiré, pour son génie et sa beauté! Tant de vanité est tissu d'humilité, c'est le rêve en somme d'un très petit enfant qui joue à être très grand Ah prophètes imberbes de nos... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 19:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

16 décembre 2018

le métal dont est fait l'Etre bourgeois : nouvelle version plus macronesque

  En contemplant, effrayé, par dessus les ardoises et les tuiles, tellement civilisées, un bout de ciel d'orage qui montre son nez. Est-ce ce nez qu'un philosophe, fou peut-être, avait pris pour l'Etre? Et le vol tors de ces nuages lourds de tempêtes. De tempêtes et de guerres... Il est dans nos châteaux, nos maisons et nos manoirs, des domestiques, humbles d'apparence, dont les reflets torves trahissent la malice. Les uns, replets, faits d'un métal mercenaire et... [Lire la suite]
15 décembre 2018

Les frères Karamazov: Quelques notations sur Ivan Karamazov et le parricide

Ivan Karamazov: il aurait solennellement affirmé au cours d'une discussion que rien au monde ne peut obliger les hommes à aimer leurs semblables. Ou plutôt, l'enfant aimable est pourtant torturé, car l'homme est mauvais de par nature, il tue ou fait souffrir ce qui est encore innocent. Pour lui enlever cette innocence? Si je te tue, c'est que tu es coupable. Comme moi. Salir l'innocence est-ce le mal par excellence? Ou bien est-ce comme on le dit d'habitude, comme le dit Ivan, faire souffrir l'innocence au  nom du... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:24 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
15 décembre 2018

Ivan Karamazov II

Aliocha: mon père est en train de se perdre, et mes frères avec lui. Il y a en eux une force qui les attire vers la terre, vers le bas. Dieu lui-même n'y peut peut-être rien, et je ne suis plus sûr tout à fait de croire encore en Dieu... Cette force, c'est à la fois la vie et le mal. Mais c'est une avidité qui au fond se comprend, et Aliocha avoue qu'il partage cette même passion lubrique pour les femmes et pour l'argent. Il la partage, mais apparemment de très loin! En réalité, seuls Dimitri et son père sont... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
15 décembre 2018

Dostoievski: le vol et le don

Chez Dostoievski du moins, il n'est pas pire injure que de proposer de l'argent, même beaucoup, surtout beaucoup, en échange d'une blessure d'amour-propre. Quand bien même ce don n'exprimerait aucun mépris, mais le désir le plus angélique de réparer les fautes d'un autre, par exemple celles de Dimitri, c'est comme si cet argent brûlait les doigts de celui qui le reçoit, et la logique romanesque voudrait que cet argent atterrisse dans le feu. Heureusement, la psychologie prend le dessus sur le roman, et Aliocha prédit que le... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,