30 septembre 2018

femme idéale: TGV, tu hurles dedans ma nuit, sous mes fenêtres, à minuit!

  Trains étincelants, cinglants, inutiles, toujours en retard, O tgv! Les bois et les prés se sont posés sur mon âme Comme sur la figure du dormeur Les traces rouges du drap, et des balles   Je t'aimais pourtant, o tgv, comme on aime une femme car tu ressemblais à toutes les femmes, Du moins les maigres et les frisées, et de petite taille. Bleues d'Atlantique perchées sur des échasses, des ponts, de hauts talons. Je t'aimais, Bleue d'Atlantique, car tu me ressemblais, Tu étais belle comme je suis beau, Mais... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

27 septembre 2018

Gon le Renard - histoire japonaise et triste

Et quelle est la morale de l'histoire? Pourquoi ceux que nous aimons nous trahiront-ils? Est-ce parce que nous les aimons d'un coeur qui n'est pas le leur, et que de la différence des coeurs ne naît aucun accord majeur? Car ils nous le porteront, le coup ultime, et nous en mourrons, d'un chagrin trop lourd pour notre âme enfantine. Et de quels remords était fait cet amour qui te conduisit à la mort? De quel métal, toi l'homme, Eole, qui te nourris de plomb et de vent?  D'après le conte écrit pour les enfants en 1932 par 新美... [Lire la suite]
21 septembre 2018

Contrairement à ce que je dis parfois, pour faire le malin, c'est-à-dire le Wittgenstein, la philosophie n'est pas que critique du langage, par opposition à la métaphysique. Pascal et son pari, perdu d'avance. Personne ne gagne à 0 contre l'infini, ou bien un autre que moi, dans le journal! Un élu.... Kafka en a très bien parlé. Non, la vie est un combat perdu d'avance, et qu'il faut mener, même salement. Ce n'est pas mon choix, je veux dire salement. Mais on est embarqué, on a des choix, comme celui-ci, on n'a pas LE choix.
Posté par Dilberman à 12:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 septembre 2018

POURQUOI L'ECOLE ?

POURQUOI L’ECOLE ? Lire aussi Henri Pena-Ruiz : qu’est-ce que l’école ? (2005) L’Ecole comme projet : une société pour l’école. L’idée la plus courante est sans doute la suivante, l’école, et plus généralement l’éducation, existent pour adapter : adapter l’enfant à la société, à la demande des entrepreneurs ou de l’Etat, et par là même adapter la société de demain aux exigences de l’économie. En même temps, l’individualisme ambiant nous pousserait plutôt à considérer que l’école est au service de... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,