28 avril 2017

La sorcière bande encore

Ainsi, la sorcière, la Thénardier, prend de temps en temps la peine de me téléphoner pour déverser sa haine, et croit me toucher, et croit, je suppose, jouir de cela, et, je suppose, n'y arrive pas. Et certes, ce n'est pas sa faute, elle fait bien des efforts, elle pousse d'incohérentes et folles clameurs, tout cela pour me nier et pour nier mon travail d'écriture. Il est vrai qu'en effet il la concerne au plus haut point. De quoi a-t-elle peur? La même chose, je crois, est arrivée à bien d'autres auteurs, plus... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 avril 2017

la petite fille

Il est des femmes dont les moues boudeuses nous obligeraient presque à les imaginer trente ou quarante ans plus tôt, quand elles étaient petites filles sages, saintes nitouches si fières de bien travailler à l'école, et dont on n'osait pas flatter, tandis qu'elles lisaient un livre au restaurant ou au café, là-bas, dans le midi, la chevelure frisée, car c'est en somme ce que l'on fait aux chats et aux chiens, même s'ils sont beaucoup moins frisés! Et tu as toujours cette même crinière frisée, et je n'ose te demander une... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2017

narcissisme ambiant

Curieuse époque, les gens s'aiment eux-mêmes, et ceux qui ne s'aiment pas voudraient s'aimer. C'est bien sûr deux fois la même erreur, rien de plus haïssable que ce que nous sommes, c'est-à-dire ce que nous sommes devenus à partir du fond infini, ou plutôt indéfini, que nous étions à l'origine. Et combien de fois sommes-nous morts pour devenir ce que nous sommes - hélas - à présent?  Pourquoi alors ceux qui ont le pressentiment de cette rare vérité voudraient sombrer dans l'erreur commune? Même les lecteurs de... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 13:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2017

amour dérisoire

Amour et dérision sont dans un bateau Curieux, l'état amoureux, qui se continue quand on est seul, seul parce que l'aimée est partie, en vous demandant de la laisser tranquille. On est donc amoureux tout seul, c'est-à-dire qu'on exploite son souvenir, qu'on comprend ce pauvre être, cette pauvre chérie, mieux qu'elle ne se comprend elle-même, car on a trop étudié, c'est évident, la psychologie, au lieu de faire son honnête travail de philosophe.
Posté par Dilberman à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
18 avril 2017

pourquoi le mal?

Voulez-vous le savoir? Sans doute non, ou plutôt vous voudriez, contre toute évidence, nier la présence du mal, en douter, vous donner l'air d'un esprit critique, profond, que vous n'êtes pas, car en réalité vous cherchez sans doute à faire du mal un bien relatif, ou du moins la condition du bien, ou de la piété, une fausse piété selon Dostoievsky. Le livre de JOB l'avait déjà dit, et c'est en somme l'athéisme au sein de l'ancien testament! C'est pourtant là la question lancinante, la croix et la bannière de toute... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,