29 janvier 2016

totems et tabous

Certains à gauche comme à droite se font une réputation de briseurs de Tabous. Si on se souvient que s'en prendre aux tabous sème la consternation et le chaos dans la tribu, jusqu'au moment où une victime expiatoire répare par son sang versé le tabou contesté, il y a de quoi se poser des questions - lesquelles? Eh bien qui jouera le rôle de la victime expiatoire, et aussi comment se manifestera cette consternation et ce chaos, et dans quelle tribu au juste...   Probablement que le Tabou attaqué est celui, en réalité,... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 janvier 2016

rêve d'un insomniaque prétendu

Suis-je insomniaque parce que j'ai la folie de gribouiller, et que dormir m'en empêcherait? Ou bien est-ce que je gribouille parce que je suis insomniaque? Cette question m'embarrassait. Et puis je me suis rappelé que je n'étais pas réellement insomniaque, que ce n'était qu'un jeu. Mais il y a après tout des insomniaques, et cette question peut les concerner, si de plus ils gribouillent! Mais pas moi. C'est donc que je voudrais l'être? Tout en sachant que l'insomnie ne produit que des textes brouillons quand la nuit (je veux dire... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 janvier 2016

bien et mal amoureusement lovés en un triste calligramme

  Non loin d'Albans, je ne sais plus quand, je ne sais plus où...  On ne parlait pas encore de Kerviel ni de Cahuzac, le curé ne marchait pas encore sur les routes de France contre la finance même s'il était déjà grande gueule ...   Tu étais bien loin,l'amour, loin à te toucher, loin à me toucher, et cela me donnait furieuse envie de t'empoigner, de te gober, l'amour, comme on gobe un oeuf, pour qu'il n'en reste rien, qu'une coquille brune, couleur de ta peau. J'étais un serpent, plus brutal seulement,... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
22 janvier 2016

journal d'un fou

  Kafka, Dostoievski, Nietzche peut-être ... Une pensée souterraine, qui s'en prend au monde et à elle-même, se méfie aussi de la langue qu'elle parle, y compris la langue la plus intérieure, celle de la pensée profonde, qui se méfie d'elle-même, creuse et se creuse. Que veut-elle, sinon sa propre disparition? Elle hésite, telle un animal nuisible, depuis combien de temps le cafard est-il enfermé là-dedans? Désire-t-il vraiment, comme il le prétend parfois, être libéré de soi? Car nul ne s'aime davantage... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
20 janvier 2016

Russell: j'y pense même en me rasant

Un raseur, dans le village de St Germain de Blabla, rasait uniquement tous ceux qui ne se rasaient pas eux-mêmes. Il ne supportait pas la concurrence! Bien sûr, cela suppose que personne ne portait la barbe, et que tout le monde, en tout cas les hommes, avait un système pileux suffisant pour pouvoir dire à bon droit "la barbe"!   Or, se demanda notre raseur, est-ce que je me rase moi-même ou bien non? Certes, je ne me fais pas concurrence, mais logiquement, si je me rase, c'est donc que je me rase moi-même. Or je ne... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 janvier 2016

voeux pour 2016 et pour l'éternité

Bonne année 2016, bonne année aux honorables pirates des villes, qu'ils se gavent à en crever de bonne économie, de délices fiscaux, de rente superfétatoire et de plus-value, et sans oublier la pollution! Qu'ils fourguent à grands flots et à tous les vents leur riche camelote, qu'il ne reste plus rien dans leurs beaux fourgons! Bonne année aux hommes de mauvaise volonté, que leur haine et leur folie obscurcissent tant leur intelligence qu'ils trouvent enfin dans leur bêtise, source jamais... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 11:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]