23 août 2014

Grosjean polichinelle

Tourneboulé et balloté de par le vaste monde, moqué, Grosjean Polichinelle! Je me gonfle ainsi qu'un matou de vanité et de creuse sapience. De droit d'aînesse me revint la sagesse, aride citadelle, haridelle. Vieux stoïcien, vieil Espagnol bien cavalier, dont triompha jadis la beauté. L'amour, ange étrange, qui t'étrille d'une flèche assassine! De mille trilles railleuses! Ah si j'eusse sû en mon jeune temps ne point transpirer, ne point soupirer, toujours me taire, en ma sérénité demeurer! La passion menteuse... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 14:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 août 2014

folle : descendue du train

Je ne sais plus où allait ce train, vers le midi probablement. Tu m'as tendu un verre de thé, tu avais les traits tirés. Tu m'as demandé si je t'aimais encore, ton visage était étrange et tes yeux si bleus que je les ai embrassés. Tes joues étaient salées, je ne voulais plus te voir pleurer. Tu me dis ton secret, que je ne sus comprendre., car il avait le goût des cendres. Je ne te connaissais pas et tu te souvenais de moi. J'ai ouvert si grand mes bras que tu es descendue du train avec ta valise grise, pleine de faux souvenirs. ... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 14:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
08 août 2014

ne SOYEZ plus HEUREUX, restez MALHEUREUX

On veut écrire, et écrire son bonheur. Mais du bonheur il n'y a rien à dire, il est si insignifiant, convenu, on n'en ressent pas grand chose non plus! Alors, soyez malheureux! Le malheur est tissu de tragédies, et on le ressent si intimement dans sa chair! Enfin des aventures, des choses qu'il est facile d'écrire, et de prétendre ensuite inventées. Le malheur, c'est le bonheur... de l'écrivaillon 
Posté par Dilberman à 16:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :