Voici ce que me dit, étrange confession, un homme d'autrefois, qui se prenait au lycée pour Oscar Wilde (ce n'est pas moi, mais quelqu'un d'autre en somme):

"J'ai toujours été confus cela dès l'enfance. Je prenais pour ma mère de blondes étrangères, du moment que leurs cheveux longs pendaient, déliés, à mes côtés. De pauvres bourgs perdus les jours de pluie me semblaient Paris. Des comptines d'enfants regorgeaient pour moi seul de sortilèges somptueux, et de mystères sucrés comme un musc étonnant et vert!  "

Explication : adolescent confus, aux deux sens du terme, je ne connus de sensuel que la poésie,Correspondances de Baudelaire en cours de lettres françaises, et aussi une grande fille que je ne connaissais guère, et qui me prit dans ses bras alors que je ne m'y attendais point.

Elle avait les cheveux longs, blonds, et me faisait penser aux femmes que je trouvais, enfant, bien plus belles et majestueuses que ma mère.