écrits du sous-sol 地階から

12 décembre 2018

La crise de l'école II

Y a-t-il une crise de l'Ecole, Ou bien s'agit-il d'un de ces serpents de mer médiatiques? En tout cas, le thème est loin d'être nouveau puisque Péguy, dès la fin du XIXème Siècle, affirmait qu'il n'y avait pas de crise de l'éducation, mais une crise des éducateurs. J'insérerai plus tard ce texte ici-même! En somme, un manque de foi des enseignants, et de la société dans son ensemble, en l'Ecole et en ses valeurs: à savoir rendre la Raison populaire. Bien sûr, élèves, enseignants, parents, ministres de l'éducation, ont toujours... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 décembre 2018

Ivan Karamazov II

Aliocha: mon père est en train de se perdre, et mes frères avec lui. Il y a en eux une force qui les attire vers la terre, vers le bas. Dieu lui-même n'y peut peut-être rien, et je ne suis plus sûr tout à fait de croire encore en Dieu... Cette force, c'est à la fois la vie et le mal. Mais c'est une avidité qui au fond se comprend, et Aliocha avoue qu'il partage cette même passion lubrique pour les femmes et pour l'argent. Il la partage, mais apparemment de très loin! En réalité, seuls Dimitri et son père sont... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 18:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
11 décembre 2018

Des Gilets jaunes aux Gilets verts Sémantique

Jaune, la couleur des Cocus qui se savent cocus. Et en plus ils en sont fiers! Le jaune, c'est-à-dire le traitre, celui qui refuse de se laisser embrigader par les rouges, ou les noirs, ou les verts... On aura beaucoup daubé sur l'inculture politique des Gilets jaunes, et moi aussi, qui les prédisposerait au totalitarisme. Et certes, ce sont les mêmes qui votent aux extrêmes et manifestent. Question de sociologie élémentaire! Mais les mêmes dans deux situations bien distinctes. Ils le disent à leur manière, il y a la... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 décembre 2018

Musset

Musset, la vie est un sommeil, dont l'amour est le rêve. Le rêve, et non point l'éveil. C'est dire l'effroi que représente la réalité, qu'on ne peut fuir que dans la mort ou bien en faisant de la vie le double doucereux de la mort, le sommeil sans rêve. Un rêve suffit-il, parce qu'il est harmonieux, à racheter tant de néant inutile, un néant redoublé, qui n'a pour seul mérite que de se distinguer de la douleur? Epicure: la mort n'est pas un mal, car le mal, c'est la douleur. Mais elle n'est pas un bien pour autant! Rêver... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 décembre 2018

Dostoievski: le vol et le don

Chez Dostoievski du moins, il n'est pas pire injure que de proposer de l'argent, même beaucoup, surtout beaucoup, en échange d'une blessure d'amour-propre. Quand bien même ce don n'exprimerait aucun mépris, mais le désir le plus angélique de réparer les fautes d'un autre, par exemple celles de Dimitri, c'est comme si cet argent brûlait les doigts de celui qui le reçoit, et la logique romanesque voudrait que cet argent atterrisse dans le feu. A peine Snéguirev, le Capitaine, humilié par Dimitri, a-t-il expliqué à son... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 décembre 2018

des épicycles, de l'entropie et de la politique Nouvelle version

Des épicycles, de l'entropie et de la politique Les expressions mathématico-logiques des phénomènes physiques semblent nous éloigner à jamais de la réalité, nous condamner à des algorithmes puissants mais abstraits, aveugles. Swift et ses mathématiciens de Laputa: aucune science n'est plus éloignée de la politique que les mathématiques! Or les mathématiciens s'obstinent à proposer des réformes technocratiques de la Cité! Un savant calcul intégral, et voici la suppression de l'ISF compensée par une petite taxe sur les menues... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

07 décembre 2018

gilets jaunes

Le président, le patronat, les sur-riches, se croyaient tranquilles, à l'abri, protégés. Ils pouvaient continuer à surfer sur les nuages, les clouds, les capitaux volaient trop haut et le bon peuple ne comprenait rien à cette sécession, à ce dédoublement du monde. Le bas, le haut, et vive la République... La population était profondément divisée et dépolitisée, faute d'une Ecole et d'enseignants capables de donner une formation citoyenne digne de ce nom aux futurs citoyens. On en oubliait que la République est une démocratie. ... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
07 décembre 2018

le métal dont est fait l'Etre bourgeois : nouvelle version plus macronesque

  En contemplant, effrayé, par dessus les ardoises et les tuiles, tellement civilisées, un bout de ciel d'orage qui montre son nez. Est-ce ce nez qu'un philosophe, fou peut-être, avait pris pour l'Etre? Et le vol tors de ces nuages lourds de tempêtes. De tempêtes et de guerres... Il est dans nos châteaux, nos maisons et nos manoirs, des domestiques, humbles d'apparence, mais dont les reflets torves trahissent la malice. Les uns, replets, faits d'un métal mercenaire et... [Lire la suite]
03 décembre 2018

Assurancetourix

Le peuple trouva la langue comme le poète le mot Et lui donna un sens nouveau Nul ne songeait alors à suivre le chemin  Dont plus tard parlèrent les livres Ce n'était pas, en effet, un temps comme ceux d'aujourd'hui La nature plus féconde n'avait pas eu le temps de vieillir Et les poètes ignorants des cheveux gris Ne savaient chanter que la guerre et puis l'amour L'homme, la femme et puis l'enfant Les cieux, les terres et la plaine salée du vaste océan Tout était à sa façon peuplé Et d'abord de mots et puis... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
28 novembre 2018

Orhan Pamuk, Livre et vie nouvelle

  Un livre ardent et menteur qui promet une vie nouvelle. Yeni hayat, en turc... "Bir gün bir kitap okudum ve bütün hayatım değişti.” Ainsi commence ce roman, et la supposée Vie nouvelle. Traduction automatique: "Un jour, j'ai lu un livre et toute ma vie en fut modifiée." On dirait d'abord une idée banale, insincère, pour souligner que le livre, et la culture, sont choses vitales. Néanmoins, en français comme en turc peut-être, la "modification" vous a un côté clinique, factuel, qui nous met la puce à l'oreille. Ce n'est pas... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 17:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Le procès de Kafka

Kafka est sans doute celui qui a le mieux compris la nature véritable de la justice, à savoir qu'elle ne peut être qu'une injustice. Une injustice pour le faible, mais pour qui devrait-il y avoir justice, et donc pour qui y a-t-il injustice, sinon pour le faible? Cruelle machinerie judiciaire, qui semble parler la langue commune, éprouver sentiments communs et formuler idées communes. L'on prépare joyeux, énergique, sa défense, et elle tombe toujours à côté, car la justice est ainsi faite qu'à chaque fois que nous croyons avoir... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 novembre 2018

Le messager

Kafka: il y a bien longtemps, il y a une infinité de temps, le messager s'était élancé. Il ne pensait qu'à une chose: moi, qu'il devait rejoindre. Dieu, qu'il allait vite! Plus vite que toute lumière. Dieu, qu'il était puissant! Et fidèle à son message. Il fracassait les murs, et derrière chaque mur il y avait un autre mur. Rien ne l'arrêtait tant il était fort. Hélas, il y avait tant de murs entre lui et nous, entre lui et moi. Il brisait chacun de ces murs, il ignorait tout découragement, il ralentissait imperceptiblement,... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 novembre 2018

Gilets jaunes et philosophie politique (II)

De l'émergence du peuple et de l'individualisme L'hostilité à l'entendement critique, que l'on trouve par exemple chez Auguste Comte, mais aussi chez Grundtvig, est en somme un topos, un lieu commun, de la pensée réactionnaire, anti-Lumières. L'entendement critique ne serait qu'égoïsme déguisé, celui qui permettait au philosophe caricaturé par Rousseau de se rendormir tranquille tandis qu'on égorgeait quelqu'un dans la rue. A cela s'oppose l'esprit de corps, la dimension organique, vitale, de la société, du corps social. La... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
24 novembre 2018

Gilets jaunes et philosophie politique (I)

Que d'efforts, depuis le 19 ème siècle, voire depuis Rousseau, pour dépasser l'entendement individuel, supposé mesquin, égoïste, fermé, le fondre dans un élan plus vaste, la Vie, l'Esprit, l'Histoire, la Société, l'Humanité, la Race... Cela peut prendre une forme en apparence critique, comme chez Kant, et l'on n'a pas assez noté que c'était une critique de la Raison, ou plutôt de l'Entendement.   Ces efforts ont échoué, et surtout l'on n'assiste nullement à un triomphe du calcul égoïste, qui du moins est un calcul,... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:57 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
24 novembre 2018

Naissance du politique

Rousseau: On s’accoutuma à s’assembler devant les cabanes ou autour d’un grand arbre : le chant et la danse, vrais enfants de l’amour et du loisir, devinrent l’amusement ou plutôt l’occupation des hommes et des femmes oisifs et attroupés. Chacun commença à regarder les autres et à vouloir être regardé soi-même, et l’estime publique eut un prix. Celui qui chantait ou dansait le mieux ; le plus beau, le plus fort, le plus adroit ou le plus éloquent devint le plus considéré, et ce fut là le premier pas vers l’inégalité, et vers... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
23 novembre 2018

L'origine du temps: physique profonde et scénario historique (nouvelle version)

Murray Gell-Mann explique très bien qu'il ne faut pas confondre probabilité (par exemple la probabilité entre 0 et 1 que l'as soit tiré par hasard) et la quantité D, quand différents états sont entremêlés et qu'il est impossible de calculer la probabilité de chacun de ces états (parce qu'on ne trouve pas un nombre compris entre 0 et 1, mais une matrice pour le moins peu intuitive). Le probabilisme ne suffit donc pas: non seulement une histoire précise n'est que probable, au même titre qu'une autre histoire au scénario différent, mais... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
20 novembre 2018

Patrie et langue maternelle selon Grundtvig

NICOLAI FREDERIK SEVERIN GRUNDTVIG (1783-1872)   Pasteur, écrivain et pédagogue danois, Nicolai Grundtvig était de son propre aveu mi-poète, mi-rat de bibliothèque. Marqué par les philosophes allemands Herder, Fichte et Schelling, il insuffle à la poésie un souffle tout romantique. La poésie danoise est inséparable tant de l'idiome du peuple que des mythes scandinaves. A cela s'opposent les langues et pensées mortes ou artificielles, le latin et les mathématiques, et même l'écriture... ... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]