écrits du sous-sol 地階から

16 octobre 2018

Métaphysique et réalisme contemporain

Comme on le sait, les antinomies kantiennes trouvent leur "solution" dans la réduction de l'espace et du temps à de simples formes de notre appréhension des phénomènes, qui ne sont pas la réalité en soi mais une reconstruction de notre esprit à partir de la grammaire fondamentale de l'expérience et de nos sensations (ou données sensibles). Ainsi, y a-t-il ou non un premier moment du temps, ou bien le temps est-il (quand nous remontons vers le passé) infini? Certes, il peut sembler que le temps a besoin d'un premier moment, car sinon... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

16 octobre 2018

Commentaire autobiographique

Si un lecteur éventuel se demandait ce qui me prend de produire une masse de textes de métaphysique et de philosophie des sciences, au lieu de mon travail habituel de littérature et de poésie, je répondrai que je vieillis et qu'il est temps que je donne un contour un tant soit peu défini à ma pensée philosophique, le temps de la recherche étant pour moi - peut-être - terminé.  C'est d'autant plus nécessaire que je ne dispose pas de relais institutionnels ou éditoriaux classiques pour ces travaux, qui intéresseront peut-être les... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
16 octobre 2018

L'origine du temps: physique profonde et scénario historique (nouvelle version)

Murray Gell-Mann explique très bien qu'il ne faut pas confondre probabilité (par exemple la probabilité entre 0 et 1 que l'as soit tiré par hasard) et la quantité D, quand différents états sont entremêlés et qu'il est impossible de calculer la probabilité de chacun de ces états (parce qu'on ne trouve pas un nombre compris entre 0 et 1, mais une matrice pour le moins peu intuitive). Le probabilisme ne suffit donc pas: non seulement une histoire précise n'est que probable, au même titre qu'une autre histoire au scénario différent, mais... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 octobre 2018

entropie et information (nouvelle version)

De par sa forme mathématique (un logarithme de probabilités) la mesure de l'information contenue dans un message ou un système physique est identique à la mesure de l'entropie d'un système. Faut-il, ou non, mettre un signe "moins" devant l'entropie pour définir l'information, qui deviendrait alors de l'entropie négative?   Comme l'explique Gell-Mann, pour sauver la seconde loi de la thermodynamique on définit l'entropie totale comme la somme du désordre et de l'information, puisque les deux ont la même forme... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
16 octobre 2018

Les frères Karamazov: péché sans coupable ni faute (nouvelle version plus explicite)

Qu'aurait été le roman de Dostoïevski sans Aliocha Karamazov? L'histoire d'un piège tendu par Ivan à Dimitri, et à leur père. Un père plus clownesque et obscène que tout à fait haïssable. Il semble d'ailleurs aimer Aliocha et même Ivan, voire Smerdiakov. Par conséquent, une histoire sordide, rien de plus, sans ce contrepoint angélique, et irréaliste en apparence.  Smerdiakov était nécessaire lui aussi, pour que Ivan ne soit pas un monstre mais une sorte de nouvel Hamlet, qui cette fois sciemment (se) venge et... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:06 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
16 octobre 2018

Logique et conditions empiriques

Le dédoublement de la raison: son objet précède en droit sa constitution dans notre psychisme, ou notre cerveau. Ainsi, je construis la droite comme en suivant une ligne en pointillé. Husserl: le noemata est produit par la noèse, mais est visé comme autre chose que ce processus. Ce dédoublement est sans doute nécessaire parce que nous avons à connaître ce qui est, et que l'existence doit être distinguée de la pensée de l'existant. La question devient alors de savoir si l'existence de l'idéalité mathématique, sa précession, est... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 14:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 octobre 2018

L'histoire de l'homme qui vit un vrai dragon. D'après Kinoshita Junji

Kinoshita Junji  (木下 順二, )  né le 2 août 1914, décédé le 30 octobre 2006, traducteur de Shakespeare, était un grand dramaturge de l'après-guerre. Grand voyageur, il s'intéressait aussi aux contes populaires du Japon.   Un beau matin, au réveil, une fillette sortit de sa maison et zou ! s'en alla tout droit vers la montagne, sans jamais hésiter, sans jamais chercher son chemin. Son papa, Hyakushoo, un pauvre villageois, fut bien étonné, et il la suivit. On aurait dit qu'elle avait toute sa vie... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 15:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
14 octobre 2018

Engagement

Il faut! Il faudra. Il faudrait. Il aurait fallu. On aurait quand même dû... On aurait quand même pu... On aurait peut-être pu... Qu'est-ce qu'on aurait bien pu y faire? Et comment s'y prendrait-on sans le mode conditionnel, je me le demande...
Posté par Dilberman à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
14 octobre 2018

Genèse du dogme

Âmes instables, mauvaises, mais torturées par leur paranoïa. Enfants vicieux et par conséquent trahis par tous, ou du moins frappés par tous après avoir semé mensonge et zizanie. Ils ,ne savent à quoi se fier, ils font l'épreuve de leur vide quand ils ne nuisent pas. Alors, ils nuisent. Parfois, ils veulent s'attacher, par désespoir de leur propre néant, de leur propre indétermination. Ils s'attachent contre, pour ainsi dire, mais aussi pour être tout de même autre chose qu'eternel rejet, esprit sans attache et qui nie, et qui se... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 12:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
11 octobre 2018

le souci des mots et de leur justice

Tugendhat: deux conceptions de la vérité, la vérité comme simple jeu verbal ou logique, avec certes des prolongements vers l'expérience, l'expérimentation, en tant que justement jeu logique, à base d'induction, de déduction et d'abduction. La vérité comme exigence métaphysique, rapport à l'être vrai, qui se prolonge dans une attitude éthique et politique. Leibniz a su concevoir une synthèse de ces deux traditions, explique Ernst Tugendhat.  Humboldt, de son côté, avant Heidegger, voyait dans le langage, et les mots, non de... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 14:55 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
04 octobre 2018

misanthropie et animalité

  Un thème philosophique, très à la mode, revient à expliquer que si l'on traite l'animal comme une machine à produire de la viande, ou du lait, ou des oeufs, ou du cuir, ou de la laine, ou des plumes - le miel, ça passe, on ne sait pas pourquoi - alors l'humanité de l'homme est elle-même assez mal en point. En somme, rien ne ressemble plus à un camp d'extermination qu'un abattoir ou un poulailler - sinon un camp d'extermination. La morale de l'affaire est sans doute la suivante: il faut aimer les animaux pour respecter les... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 08:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 septembre 2018

de la demonstration dite analytique

Cela n'a rien à voir avec Kant: l'analyse mathématique revient à se donner ce que l'on veut prouver, par exemple que log(ab) = log a + log b dans un domaine donné. Si oui, alors j'aurai pour tout a et b du domaine considéré: log (ab) - log a - log b=0 Est-ce vrai? Ici l'invention mathématique retrouve ses droits parfois. Mais de toute façon, contrairement à ce qu'on pourrait croire, bien des démonstrations mathématiques permettent certes de constater que c'est bien le cas, d 'éprouver dans un domaine infini donné une propriété... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 12:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 septembre 2018

femme idéale: TGV, tu hurles dedans ma nuit, sous mes fenêtres, à minuit!

  Trains étincelants, cinglants, inutiles, toujours en retard, O tgv! Les bois et les prés se sont posés sur mon âme Comme sur la figure du dormeur Les traces rouges du drap, et des balles   Je t'aimais pourtant, o tgv, comme on aime une femme car tu ressemblais à toutes les femmes, Du moins les maigres et les frisées, et de petite taille. Bleues d'Atlantique perchées sur des échasses, des ponts, de hauts talons. Je t'aimais, Bleue d'Atlantique, car tu me ressemblais, Tu étais belle comme je suis beau, Mais... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 12:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
30 septembre 2018

Proust, Lacan, Ravaisson, la Rochefoucauld

  L'amour n'est pas l'amitié, même s'il se doit d'intégrer de l'amitié. Il est en soi passion, à la fois celle de posséder, de s'assimiler l'autre, de régner dit La Rochefoucauld. Ou bien au contraire celle de se perdre, vertige, et en même temps vertige qui a un point d'appui, mais pour mieux se perdre: l'autre, ou son mystère. C'est ici la mystique de l'amour. Ravaisson. Ou bien il est les deux - et les trois - à la fois, ou successivement. Il tend non à la confiance mais à la fusion. Et il n'y arrive guère. On peut... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 11:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
27 septembre 2018

Gon le Renard - histoire japonaise et triste

Et quelle est la morale de l'histoire? Pourquoi ceux que nous aimons nous trahiront-ils? Est-ce parce que nous les aimons d'un coeur qui n'est pas le leur, et que de la différence des coeurs ne naît aucun accord majeur? Car ils nous le porteront, le coup ultime, et nous en mourrons, d'un chagrin trop lourd pour notre âme enfantine. Et de quels remords était fait cet amour qui te conduisit à la mort? De quel métal, toi l'homme, Eole, qui te nourris de plomb et de vent?  D'après le conte écrit pour les enfants en 1932 par 新美... [Lire la suite]
22 septembre 2018

Napoléon, Lacan, le désir et les schémas

  Selon Lacan, Napoléon n'était pas fou, car il ne se prenait pas pour Napoléon. Napoléon a dit, paraît-il, qu'un bon croquis vaut mieux qu'un long discours: Lacan, l'homme des schémas pervers, qui ne montrent rien, ou plutôt Le Rien, bref l'anti-Napoléon. Le réel n'est pas à conquérir, c'est l'impossible, donc la seule chose à conquérir! Mais où a fini Napo? Et Lacan après tout? On dit aussi que Napo aimait tant le secret qu'on ne comprenait rien à ce qu'il disait, Tolstoi en a fait une farce militaire et philosophique... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
21 septembre 2018

Contrairement à ce que je dis parfois, pour faire le malin, c'est-à-dire le Wittgenstein, la philosophie n'est pas que critique du langage, par opposition à la métaphysique. Pascal et son pari, perdu d'avance. Personne ne gagne à 0 contre l'infini, ou bien un autre que moi, dans le journal! Un élu.... Kafka en a très bien parlé. Non, la vie est un combat perdu d'avance, et qu'il faut mener, même salement. Ce n'est pas mon choix, je veux dire salement. Mais on est embarqué, on a des choix, comme celui-ci, on n'a pas LE choix.
Posté par Dilberman à 12:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 septembre 2018

Théorie de l'information et théorie physique

De par sa forme mathématique (un logarithme de probabilités) la mesure de l'information contenue dans un message ou un système physique est identique à la mesure de l'entropie d'un système. Faut-il, ou non, mettre un signe "moins" devant l'entropie pour définir l'information, qui deviendrait alors de l'entropie négative?   Comme l'explique une fois de plus Gell-Mann, en fait, pour sauver la seconde loi de la thermodynamique on définit l'entropie totale comme la somme du désordre et de l'information, puisque les... [Lire la suite]
Posté par Dilberman à 16:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,